Trompe l’oeil à l’insu de notre plein gré

Il y a peu de temps, j’ai découvert qu’à Paris, au 145 rue Lafayette dans le 10e arrondissement, il y a un « faux immeuble », une façade décrépie avec des portes sans poignée, sans boîte à lettres, sans sonnettes, des fenêtres sans volet ni rideau… Umberto Eco parlait déjà de cette « gueule de l’enfer » dont le propriétaire est la RATP dans Le Pendule de Foucault en 1988 :
« – N’avez-vous jamais été au numéro 145 de la rue Lafayette?
—- J’avoue que non.
—- Un peu hors de portée, entre la gare de l’Est et la gare du Nord. Un édifice d’abord indiscernable. Seulement si vous l’observez mieux, vous vous rendez compte que les portes semblent en bois mais sont en fer peint, et que les fenêtres donnent sur des pièces inhabitées depuis des siècles. Jamais une lumière. Mais les gens passent et ne savent pas.
– Ne savent pas quoi?
– Que c’est une fausse maison. C’est une façade, une enveloppe sans toit, sans rien à l’intérieur. Vide. Ce n’est que l’orifice d’une cheminée. Elle sert à l’aération ou à évacuer les émanations du RER. Et quand vous le comprenez, vous avez l’impression d’être devant la gueule des Enfers; et que seulement si vous pouviez pénétrer dans ces murs, vous auriez accès au Paris souterrain. Il m’est arrivé de passer des heures et des heures devant ces portes qui masquent la porte des portes, la station de départ pour le voyage au centre de la terre. Pourquoi croyez-vous qu’ils ont fait ça?
– — Pour aérer le métro, vous avez dit.
– — Les bouches d’aération suffisaient. Non, c’est devant ces souterrains que je commence à avoir des soupçons. Me comprenez-vous? « 
On trouve ailleurs à Paris des cheminées de ventilation peintes de fausses fenêtres (44 rue d’Aboukir, 174 rue du faubourg Saint-Denis, 29 rue Quicampoix ) ou seulement certains étages (3 rue de l’Aqueduc).

A Londres aussi se cache une fausse façade permettant l’aération du métro, l’arrière de la façade me fait d’ailleurs penser aux décors factices de Tintin au Pays des Soviets ! Vous la trouverez au 23-24 Leinster Gardens, London donc.

A New York enfin, dans Brooklyn, au 58 Joralemon Street se trouve également une fausse façade.

Et nous, on passe devant sans se douter de rien…

Si je vous raconte cela, c’est qu’à Genève, ils sont en train de creuser le CEVA, sorte de RER ou train de banlieue comme on dit à Paris, qui reliera la gare de Cornavin à Annemasse en passant par le quartier des Eaux-Vives. Parce que les embouteillages avec les allers et retours des frontaliers, c’est l’enfer. Alors je me demande si l’on va voir pousser ces faux immeubles dans Genève… d’autant que la Suisse est déjà experte dans l’art du camouflage et des maisons ou rochers en trompe l’oeil, qui cachent un peu partout des bunkers, des stocks d’armes et autres abris atomiques en cas de guerre. J’ai retrouvé cette vidéo de 1999 qui montrait pour la première fois à la télévision française ce que tout le monde se racontait tout bas sur la face cachée de la Suisse…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s