Il y a de quoi rougir…

… les feuilles l’ont bien compris, car malgré l’été indien, c’est l’automne au Parc Bertrand, sur la rive gauche de Genève. Et Les Petites amies d’Ursula Malbine y voit défiler depuis 1956 les saisons comme les enfants qui s’y épanouissent, leur petite main potelée dans celles de leurs parents puis leurs doigts longilignes enlacés à ceux de l’être aimé. Elles me font aussi penser à deux soeurs qui veillent l’une sur l’autre et qui grandissent grâce à l’autre.

Pour la petite histoire, Ursula Malbine est née le 12 avril 1917 à Berlin de parents juifs allemands, tous deux médecins. Elle prend une voie toute autre, celle de l’artisanat puis de l’art. Après une formation en ébénisterie, elle se tourne vers la sculpture. Fuyant l’Allemagne nazie en 1939, elle trouve refuge à Genève grâce à l’homme politique Léon Nicole, puis épouse Henri Pâquet son formateur de l’école des Beaux-Arts, également sculpteur. Depuis 1967, Ursula Malbine partage sa vie entre le village d’artistes d’Ein Hod en Israël et la commune genevoise de Troinex, lieu de création de toutes ses sculptures. En 2011, elle crée la Fondation Art for Help, fondation pour les enfants du monde. Ce qui l’anime ? « L’injustice est le début du chaos ».

3 réflexions sur “Il y a de quoi rougir…

  1. Une sculpture devant laquelle le temps ne compte plus,on resterait là, longtemps ,sans se lasser à l’admirer…beau texte poétique pour la présenter dans son environnement.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s