The esthetic experience

OH MY GOD ! Ca y est, j’ai fait mon baptême du soin du visage à Genève ! Wouhou ! Âmes sensible, s’abstenir. 

Dunpetitsuissealautre.wp_esthetic

J’avais déjà partagé avec vous cette magnifique découverte d’un coussin de propagande pour visage inexpressif, depuis, une fois n’est pas coutume, je suis allée faire un soin. Enfin c’est ce que je pensais. Visiblement j’ai commencé un ravalement de façade, avec les encouragements des monuments historiques. C’est l’effet Genève. Plusieurs mois après m’être installée ici, on a commencé à me prévenir : En hiver, tu vas manquer de soleil, tu vas devoir prendre de la vitamine D, tes cheveux vont être raplapla. Les miens étant déjà limite asiatiques, du coup ils sont statiques. Super. Je me plains d’une peau terne, on me répond normal, t’es à Genève. Re super. Welcome on board ! Y’a pas à dire, c’est rassurant de savoir à quel point votre corps s’est si vite adapté à sa nouvelle vie ville, genre Mad Max fin du monde après une guerre nucléaire, je m’attends à voir arriver Will Smith, Tom Cruise ou Tina Turner. Ou les trois. Rendons nous à l’évidence, je vais devoir pousser la porte d’un salon. Go. L’esthéticienne me regarde sous une grosse lampe et le verdict tombe :

Elle : Pour les effets de l’âge, les rides déjà installées, je ne peux rien faire. Pour les autres, on peut essayer de ralentir le processus.

Moi : Aïe (au moral)

J’ai aussi un petit problème hormonal en ce moment je pense, j’ai un peu d’acné juvénile, hihi (Bon j’avoue, je dis ça presqu’avec fierté, genre je suis encore tellement jeune… il est vrai que les boutons c’est moyennement glamour mais j’ai depuis toujours tendance à positiver 😉 )

Elle : Ah non, c’est courant l’acné des 40 ans !… Ah… vous n’avez pas encore 40 ans ? Bon bah c’est un acné des 40 ans précoce alors.

Moi : re aïe (au moral)

Elle : Je vais vous faire un tout petit peu de laser

Moi : Aaaaïïïïïïeuh (au physique). En fait, pour être honnête, j’ai peut-être crié dents et poings serrés « oh putain ». J’en suis sûre même.

À la caisse :

Moi : Aïe (au porte-monnaie)

Elle : Si vous voulez, il y a une super crème hydratante à base d’oxygène abordable.

Moi : A base d’oxygène ? Ca y est, à Genève depuis à peine quelques mois, je me transforme déjà en Michael Jackson. Je flippe là.

Elle : Elles s’arrachent comme des petits pains ces crèmes dermatologiques hypoallergéniques. 

Moi : Ok, je vais essayer.

C’est à ce moment là qu’une cliente est rentrée dans le salon, pour acheter cette même crème. 

Elle : Désolée, je viens de vendre le dernier tube à la dame (moi)

L’autre elle : Oh c’est pas possible, comment je vais faire, je n’en ai plus !

C’est là je crois que la cliente s’est immolée, ou effondrée en larmes, ou les deux je ne sais plus.

Et moi je suis devenue un peu plus genevoise.

 

 

Une réflexion sur “The esthetic experience

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s