Un crayon qui cartonne ou un stylo très stylé ?

La rentrée est passée pour tout le monde, ça y est. Et mon blog fête aujourd’hui ses deux ans ! Youhou ! Alors pour marquer ces deux évènements, je vais partager avec vous mon plus beau reportage « Swiss Made » réalisé dans une des plus emblématiques entreprises suisses, Caran d’Ache, créateurs de crayons, pastels, craies, feutres, peintures, stylos et des premiers crayons « aquarelle » au monde. Cette même marque qui fête cette année ses 100 ans !!! Tous les petits suisses ont ces crayons dans leur cartable. Mais à deux pas de la frontière française (et dont la moitié du personnel est français), c’est un peu la marque suisse la plus française (je dis ça avec envie et admiration). Ceux qui me connaissent savent à quel point je chéris l’univers de l’écriture, de la calligraphie et du dessin, que j’adore découvrir des usines et regarder des produits sortir de machines improbables, alors la visite de cette manufacture a été pour moi un pur délice.

Caran d’Ache, une maison de haute écriture.

Créée en 1915 par Arnold Schweitzer, la marque prend ce nom emprunté à la langue russe neuf ans plus tard, karandash signifiant tout simplement « crayon ». Ce mot russe provient de la racine turque kara tash qui désigne la pierre noire, à l’origine du graphite. Caran d’Ache était aussi le nom artistique sous lequel fut mondialement connu au XIXe siècle le dessinateur français Emmanuel Poiré, né en Russie. Aujourd’hui, parmi les sept fabricants de crayons en Europe, Caran d’Ache est la seule entreprise suisse. Elle réunit 280 personnes réparties dans 90 métiers au sein de ses ateliers de Thônex, tout près de Genève. C’est aussi une des manufactures les plus visitées en Suisse. Et c’est la seule usine au monde où sont réunis tous les univers de l’écriture et du dessin ! (Le rêve !)

Que peut-on apercevoir dans ces grandes bâtisses ? Tout d’abord, des vitrines d’époque expliquant le procédé de fabrication, et des produits emblématiques – dont le mythique stylo bille 849 – à travers le temps, comme un petit musée. Voici un petit florilège : 

Puis des couleurs vives en poudre, des kilomètres de bâtons en Cèdre de Californie, des milliers de plumes dorées à la feuille d’or 18 carats et pointes en iridium, des machines qui gravent plus vite que l’éclair, des tests d’écriture ressemblant à des dessins totalement psychédéliques pour vérifier les 10 kms que doivent pouvoir écrire une bille de stylo tout au long de sa vie, après les 47 opérations de fabrications et montages indispensables à sa création… En détails, cela donne plus d’une centaine de pigments – puisque 60 pigments sont nécessaires pour une boîte crayons de 120 couleurs -des craies et du caolin français mélangés à de la farine végétale, 8 heures de séchage pour des mines qui tournent au four dans un panier rotatif, une cuisson des mines à 1000°C pendant une heure suivie de 24 heures de bain de cire pour lier le tout afin que le crayon écrive enfin, puis 6 à 8 couches de vernis sur le bois avant un emballage majoritairement manuel (effectué par un groupe de personnes handicapées de Genève employées par l’entreprise) malgré quelques rares machines. On découvre également des tubes-ébauches de 3 mètres de long en aluminium vernis, prêt à être transformés en stylo. Les plus beaux, argentés ou plaqué or sur du laiton sont, eux, déjà à la bonne longueur. Dans un coin d’entrepôt, on croise aussi des automates, les fameux ours ou hérissons facétieux, qui naissent ici avant d’aller s’amuser dans les vitrines des magasins. Et enfin on s’extasie devant les coffrets de luxe en série très limitée !

Après ce petit rappel historique et ces quelques informations pour les amateurs ou les curieux que vous êtes, je vous laisse découvrir mon reportage en images en espérant que cette porte ouverte vous émerveillera autant que moi !

(5/09/2015 – NDLR : Pour des raisons de secret de fabrication, les quelques photos de machines ont été retirées ainsi que des croquis, étapes de fabrication et gravure de stylos.)

Plus d’informations sur http://www.carandache.com

3 réflexions sur “Un crayon qui cartonne ou un stylo très stylé ?

  1. Pingback: Mode et écriture | D'UN PETIT SUISSE À L'AUTRE ✚ Le Blog de Madame Andine

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s